romain thomas




Romain THOMAS

[casquettes principales : lumières, sons]

[aussi il prend des photos, monte des vidéos, conduit l’auto, fabrique un site web, bricole un déberdinoire, lances des idées, fait des dessins, … ]


L’Été de Vaour !!
À 16 ans un oncle l’invite à être bénévole dans ce jeune festival, rural, sur les causses du Tarn. 15 à 20 spectacles chaque été, un monde s’ouvre pour lui, un théâtre populaire, sensible, drôle, fin, … entier. Et un oncle qui voit au minimum dix fois plus de spectacles qu’il n’en programme (oui ! c’est possible !)
Mais professionnellement, c’est la reliure qui l’emporte. 11 ans de sa vie, apprentis puis ouvrier dans un petit atelier périgourdin, il crée ensuite son atelier à Bécherel, cité du livre. Quand il raccroche le tablier, Isabelle Tanguy l’entraîne dans sa Carriole. « Déambulation en La majeur », « Il était une fois Oz », … En régie, sur le plateau aussi.
Pause.
Il se découvre bassiste, co-fonde Kiss me quick !, une quarantaine de concerts. Aujourd’hui à la 4 et à la 12 cordes avec Bubblefish (under pressure). Il est persuadé que Childish (Billy), Kastelic (Michael) et Beatman (le révérend) sont ses amis …
Côtés cour et jardin, c’est reparti entre temps avec une Carriole devenue Petit Atelier. Pour la création d’un triptyque. « Ay Carmela ! » de José Sanchis Sinisterra et « Dissident il va sans dire » de Michel Vinaver où il interprète les rôles masculins aux côtés d’Isabelle Tanguy, et « Je suis le vent » de Jon Fosse où il se concentre sur la création lumières et sons.
C’est un an plus tard, à préparer une reprise du Dissident … , qu’il rencontre Cécile …

À suivre …

« Ay Carmela » – jeu et création lumières
théâtre Jean Vilar / Vitry-sur-Seine



« Dissident il va sans dire » – jeu et création lumières
théâtre Jean Vilar / Vitry-sur-Seine



Jeu et fabrique de la vidéo